Lions Indomptables: Alexandre Belinga, le commerçant barre la voie aux entraîneurs locaux

 

 

De nombreux analystes du football camerounais, entraîneurs et dirigeants de clubs militent depuis plusieurs années en faveur de la "camerounisation" du banc de touche des Lions Indomptables. Les adeptes de cette thèse soutiennent, que c'est seulement ainsi, que le championnat local, qui peine à prendre son envol va être valorisé. Cette promotion de l'expertise et du talent des joueurs évoluant sur le terroir passerait par la convocation des joueurs des championnats professionnels du pays dans la tanière des Lions Indomptables. Faux! Semble leur dire avec force et autorité, Alexandre Belinga, qui assure depuis le mois de février de l'année en cours, l'intérim au poste d'entraîneur sélectionneur des Lions Indomptables. Le technicien camerounais n'ayant pourtant fait ses preuves, que sur le théâtre national crache visiblement en toute insolence et impunité sur les talents évoluant sur place.

 

 

 

 

Une liste sans joueur de Lfpc

 

Samedi 19 mai de l'année courante, Alexandre Belinga en sa qualité d'entraîneur sélectionneur par intérim des Lions Indomptables publie une liste de 23 joueurs. Les athlètes convoqués vont livrer un match amical contre le Burkina Faso, le 27 mai à Beauvais en France. La première curiosité de ladite liste est l'absence de joueurs des deux championnats de la Ligue de football professionnel du Cameroun (Lfpc). Ce choix qu'on pourrait qualifier à tort ou à raison de méprisant ne va susciter aucune réaction d'indignation de l'association des entraîneurs camerounais. Pourtant ces derniers se montrent virulent, lorsque les techniciens étrangers font des listes en y associant deux ou trois joueurs locaux. Belinga ne convoque personne et ses collègues semblent acquiescer! Comment l’expliquer ce choix? Il se dit que pour concocter ladite liste, Alexandre Belinga à troquer sa casquette d'entraîneur contre celle de commerçants. C'est d'ailleurs ce qui lui vaut le pseudonyme de "commerçant" dans les milieux du football du pays. "Belinga sait que c'est sa dernière liste. C'est pourquoi il a convoqué les ‘’ Ndolè’’ qui vont lui donner de l'argent", nous confie une source sous le sceau de l'anonymat. Notre interlocuteur justifie le silence de ses collègues entraîneurs par la maxime: " Chacun a son tour chez le coiffeur". Une expression pour dire, qu'il faut laisser Belinga profiter de sa posture en attendant, qu'on leur donne leur chance d'organiser leur part de comptoir. Ils oublient sans doute qu'avec cette mascarade presque révoltante, Alexandre Belinga, le commerçant barre la voie de l'équipe nationale aux entraîneurs camerounais.

 

Par James Kapnang

 

 

 

 

 

>> Voir toutes les archives du site >>