Tanière: Jean Armel Kana-Biyik manigance son retour

Défenseur moyen, Jean Armel Kana-Biyik (29 ans, 90 kg) n'a jamais réussi à s'imposer en équipe nationale du Cameroun. Le natif de Metz va pourtant se voir accorder plusieurs chances: il livre cinq rencontres avec la tunique tricolore sans jamais convaincre le moindre sélectionneur. Pourtant le joueur viré du Stade Rennais, après une altercation avec les supporters du club, en mai 2014 n'est pas un joueur transparent. Il confond juste de champ et s'illustre plus souvent dans des faits divers ou des déclarations à la limite du conflit. L'ancien international Espoir se présente aux amoureux du ballon rond sous un nouveau visage!

"Tout a commencé samedi matin, quand je reçois un appel de Samuel Eto’o qui me fait part de cette interview. J’étais un peu choqué parce que ça faisait un petit moment que je n’en avais pas accordé. Je la lis, je vois les propos qui sont tenus et je suis plus que choqué, je suis en colère parce que c’est très grave. Je ne sais pas si mon père a dit tout ce qui est écrit dans cette interview, mais le fait d’associer mon nom à ça, c’est encore plus grave. J’ai intenté une action en justice contre le site en question et le journaliste qui a écrit ce torchon et ces absurdités. Ça va se régler au tribunal", menace le fils du quart de finaliste du mondial 90, Andre Kana Biyik à sport.fr.

L'ancien sociétaire du Havre en Ligue I sort ainsi les griffes, suite à une interview accordée, par son géniteur, à Jeune Afrique, un magasine africain de renom. Dans l'entretien en question, Andre Kana Biyik remet en cause le choix du duo, Seedorf - Kluivert à la tête de l'encadrement technique des Lions Indomptables. Il met cette nomination à l'actif de Samuel Eto'o, dont la proximité avec Jean Armel est confirmée, par ce dernier dans sa déclaration ci-dessus.

Les yeux doux à Seedorf

"... Les gens ne le savent pas, mais j’ai parlé avec le coach (Seedorf) quand il a donné sa liste. On a bien discuté, je lui ai dit que j’étais à son entière disposition, que j’allais bosser dur et tout faire pour rentrer dans sa prochaine liste. Je suis à 100% avec lui et derrière lui. C’était une discussion cordiale... A partir du moment où j’ai décidé de revenir en sélection, j’ai coché la date de la prochaine Coupe d’Afrique. C’est un objectif et même un défi, ce serait ma première grande compétition internationale, et ça me tient vraiment à cœur. Parce que c’est très important pour moi de jouer cette CAN", affirme Jean-Armel Kana-Biyik dans les colonnes de sport.fr.

Cette sortie démontre, que Jean-Armel serait vraiment prêt à tout pour assouvir son rêve de faire parti des 23 Lions, qui vont disputer la Can 2019. Sa détermination l'amène d'ailleurs à donner un tacle irrégulier à son papa.