Can 2019: Le Cameroun s'arrange à laisser l'organisation au Maroc

Le Cameroun s'active à laisser l'organiser de la Coupe d'Afrique des nations 2019 au Maroc. Le pays dirigé par son excellence Paul Biya enchaîne des initiatives dans ce sens. Le président de la Confédération africaine de football trahit cette démarche du pays champion d'Afrique en titre, au cours de sa visite au Niger, vendredi 14 septembre de l'année courante.

« Si la caf arrive à un moment à retirer une compétition à un pays ce n'est pas à cause  de la caf. C’est à cause  de ce pays qui ne respecte pas les engagements qu’ils ont fait », déclare le patron de l'instance faîtière africain, au cours d'un entretien au Niger.

 La déclaration ci-dessus du malgache fait suite à de nombreuses informations, qui font état de ce que, la Caf voudrait retirer l'organisation de la prochaine phase finale de Coupe d'Afrique au Cameroun, pour la confier au royaume chérifien. Faux! Clame le malgache. Ce dernier met le probable changement du pays hôte de la prochaine Can à l'actif du gouvernement camerounais.

 Comme le précise Ahmad, c'est le retard observé sur les différents chantiers, devant abriter l'événement qui peuvent faire le pays d'origine du géniteur de Kylian Mbappe perdre l'organisation de la Can 2019. A côté de ces retards qui s'observent sur quasiment tous les sites, on note la crise qui paralyse le Nord-Ouest et le Sud-Ouest du pays depuis de nombreux mois. Une situation qui laisse planer dans les esprits: l'attaque de l'équipe togolaise à la frontière de l'Angola en janvier 2010. Les Eperviers y allait disputer la Can qui se jouait en Angola, du 10 au 31 janvier 2010.

Cette attaque qui laissait deux personnes sur le carreau va être revendiquée, par le Front de Libération de l'enclave de Cabinda. Ces combattants militent depuis, 1975 pour l'indépendance de cette bande de terre enclavée, située entre les deux Congo. L'inquiétude d'un pareil incident plane sur les rencontres prévues à Limbe. Cette ville située au Sud-Ouest Cameroun est le théâtre des attaques des sécessionnistes anglophones. Ces derniers luttent également pour l'indépendance de leur "régions" à savoir  les zones dites anglophone du pays. Au fait de ce qui précède, Ahmad prévient:

 « Si la caf arrive à un moment à retirer une compétition à un pays c’est ne pas à cause  de la caf c’est à cause  de ce pays qui ne respecte pas les engagements qu’ils ont fait ». La balle est entre les mains des autorités. Il leur revient de prendre des dispositions, pour organiser la prochaine Can ou la laisser au Maroc. Toutefois, les observations sur le terrain laisse penser, que le Cameroun s'arrange à laisser l'organisation au Maroc!