Crise à la LFPC: Les acteurs haussent le ton!

Président de la Ligue de football professionnel du Cameroun (Lfpc), Pierre Semengue a annoncé le coup d'envoi du championnat Mtn Elite One, le 3 novembre de l'année courante, avec 20 clubs. Dans la même note, le général d'armées en quatrième section programme celui de l'Elite Two, le 10 novembre, avec 18 clubs. Le patron de la Lfpc va faire volte face en signant, le mardi 30 octobre 2018 un communiqué informateur de l'opinion publique, du compte rendu des champions, le 24 novembre de la même année. Comme on peut l'imaginer, le conseil d'administration de la Ligue, le 7 novembre a également été un reportage. Sa nouvelle date est, le 14 novembre. Ce qui suscite les réactions.Dans le cadre de l'émission dominicale '' Sport Time '' diffusé sur les ondes de la radio Equinoxe émettant à Douala au Cameroun, Quelques observateurs avertis du roi du sport, au pays de Samuel La crise, qui se relâche Ligue de football professionnel du Cameroun, depuis quelques semaines. Réactions.

OMOG II ELIE: président de la ligue départementale du football du Wouri et ancien dirigeant de la dynamo Football club de Douala club de ligue II:

«  Je suis vraiment inquiet hein… concernant ce championnat. Le championnat de l'Elite s'est terminé très bien. The pousser encore à 20 devient un autre problème. Chez nous chaque année, il y a de nouvelles modalités pour démarrer le championnat. Rien n'est arrêté depuis trois ans pour que nous fassions maintenant ceci ou cela. La montée, la descente des clubs doivent répondre à une politique qui est mise sur pied. Il y a trop de problèmes. Je conseillerais si nous pouvions vraiment faire quelque chose à choisir, soit d'abord la CAN sur l'attend et pour terminer après. Mais si on veut aller avec 20 clubs là où on va, sauf si jouer tous les jours. On n'atteindra pas. Ce qui n'est pas les standards.Donc peut être une réflexion. Préparons nous. Nous n'avons pas de terrains. Sur beaucoup de problèmes. Même si sur demande de jouer, je me demande à Douala on va jouer où? Parce qu'à l'heure actuelle, la CAN va arriver. Il faut laisser déjà le terrain de Limbé tranquille et préparer la CAN. Moi je dis on n'a pas de problèmes. En 2020, le Cameroun va relever avec le football. C'est pourquoi je suis que nous sommes rendus aux élections, que nous avons organisé la fédération, que nous avons été conviés au passeur de la CAN, qu'on n'est des stades. Mais il faut que les gens s'asseyent, que les gens discutent, afin qu'ils soient le minimum de choses qu'on puisse faire entre temps.Mais prendre vingt clubs en première division et dix-huit en D2 mon Dieu! Nous sommes encore là pour attendre les subventions. » Même si sur demande de jouer à Douala on va jouer où? Parce qu'à l'heure actuelle, la CAN va arriver. Il faut laisser déjà le terrain de Limbé tranquille et préparer la CAN. Moi je dis on n'a pas de problèmes. En 2020, le Cameroun va relever avec le football. C'est pourquoi je suis que nous sommes rendus aux élections, que nous avons organisé la fédération, que nous avons été conviés au passeur de la CAN, qu'on n'est des stades. Mais il faut que les gens s'asseyent, que les gens discutent, afin qu'ils soient le minimum de choses qu'on puisse faire entre temps.Mais prendre vingt clubs en première division et dix-huit en D2 mon Dieu! Nous sommes encore là pour attendre les subventions. » Même si sur demande de jouer à Douala on va jouer où? Parce qu'à l'heure actuelle, la CAN va arriver. Il faut laisser déjà le terrain de Limbé tranquille et préparer la CAN. Moi je dis on n'a pas de problèmes. En 2020, le Cameroun va relever avec le football. C'est pourquoi je suis que nous sommes rendus aux élections, que nous avons organisé la fédération, que nous avons été conviés au passeur de la CAN, qu'on n'est des stades. Mais il faut que les gens s'asseyent, que les gens discutent, afin qu'ils soient le minimum de choses qu'on puisse faire entre temps.Mais prendre vingt clubs en première division et dix-huit en D2 mon Dieu! Nous sommes encore là pour attendre les subventions. » Il faut laisser déjà le terrain de Limbé tranquille et préparer la CAN. Moi je dis on n'a pas de problèmes. En 2020, le Cameroun va relever avec le football. C'est pourquoi je dis que nous nous sommes rendus aux élections, que nous avons organisé la fédération, que nous avons assisté au passeur de la CAN, qu'on n'est des stades. Mais il faut que les gens s'asseyent, que les gens discutent, afin qu'ils soient le minimum de choses qu'on puisse faire entre temps. Mais prendre vingt clubs en première division et dix-huit en D2 mon Dieu! Nous sommes encore là pour attendre les subventions. » Il faut laisser déjà le terrain de Limbé tranquille et préparer la CAN. Moi je dis on n'a pas de problèmes. En 2020, le Cameroun va relever avec le football. C'est pourquoi je dis que nous nous sommes rendus aux élections, que nous avons organisé la fédération, que nous avons assisté au passeur de la CAN, qu'on n'est des stades. Mais il faut que les gens s'asseyent, que les gens discutent, afin qu'ils soient le minimum de choses qu'on puisse faire entre temps. Mais prendre vingt clubs en première division et dix-huit en D2 mon Dieu! Nous sommes encore là pour attendre les subventions. » Mais il faut que les gens s'asseyent, que les gens discutent, afin qu'ils soient le minimum de choses qu'on puisse faire entre temps. Mais prendre vingt clubs en première division et dix-huit en D2 mon Dieu! Nous sommes encore là pour attendre les subventions. » Mais il faut que les gens s'asseyent, que les gens discutent, afin qu'ils soient le minimum de choses qu'on puisse faire entre temps. Mais prendre vingt clubs en première division et dix-huit en D2 mon Dieu! Nous sommes encore là pour attendre les subventions. »

François Ndedi Mbengue: président de Persévérance Fc du Nkam (Il milite pour un championnat à 15 clubs) :

« Ce sont les décisions d’un militaire. On ne peut pas se lever un matin et dire je vais faire monter qui… Parce que là il y a Canon et Lion Blessé. Bon moi je connais…Je sais un peu. C’est la politique. Quand vous regardez déjà… Je vais vous dire ca ici. Parce que le Canon devait monter mais il n’a pas pu. Bon c’est le Canon. Vous savez le Canon c’est le Canon. C’est pour cela que Lion Blessé… Le président de Lion Blessé c’est mon ami. Il a beaucoup œuvré avec le général dans Tonnerre. Donc s’il peut avoir l’occasion aujourd’hui de le récompenser, le général se dit que non il faut le récompenser. Mais je crois que ce n’est pas sa. Ca n’honore pas notre football. Déjà à 20 ! Moi si on pouvait jouer à 15 un bon championnat. Ca veut dire quinze clubs en ligue 1, quinze clubs en ligue 2 trente clubs. Ca devait être un championnat relevé. Parce que vous allez jouer… Il l’a dit là tout à l’heure. Il n’ya pas de stades. Nous allons jouer où ? Le président OMOG a tout dit. Sa veut dire que en 2020 nous pouvons jouer avec vingt clubs. Parce que là il y aura les stades. Parce que tout sa c’es les programmations. Moi je ne sais pas. Ca c’est un problème. Et il a même donné une très bonne idée. Ca veut dire que nous pouvons jouer une première phase avant la CAN, après les un mois de la CAN on n’engage la deuxième phase là sa va se discuter. Mais vous ne pouvez pas me dire qu’on va commencer le championnat même si c’est en décembre et qu’on joue 20 clubs. Il y a ligue I et ligue II hein… Et il y a les championnats des ligues régionales et départementales. On n’a pas de stades ! Et soit dit ligue professionnelle. Moi je me dis que nous sommes encore entrain de se plonger encore vers le bas.»  

Bep Sollo: ancien joueur de l’Union Sportive de Douala, actuellement dirigeant du Syndicat National des footballeurs du Cameroun (Synafoc) :

« Mais si les gens disent qu’ils sont dirigeants de clubs et qu’ils sont dans le football professionnel, comment se fait-il donc qu’ils n’attendent qu’une subvention. Quel est leur part, ce qu’ils ont faits pour qu’il y ait décollage de ce football professionnel ? Depuis combien d’années que la ligue existe ? Et puis c’est toujours la subvention comme la perfusion. Donc il y a quelque chose qui ne va pas. Mais il n’y a pas de projet de on va atteindre ce niveau… C’est pour cela que dès que les clubs sortent pour les compétions africaines là, immédiatement on les enlève. On n’a jamais pensé, on n’a jamais projeté au-delà. Je vous jure que moi personnellement je suis désabusé. Sa veut dire pour moi il faut qu’on réfléchisse encore très bien. Vous savez qu’on n’est allé très vite en besogne dans le professionnalisme. Et quand vous parlez de football professionnel là c’est comme si s’était le cafouillage. Donc il n’y a que l’argent pour orienter les projets. Et comme il n’y a pas d’argent, nous on vous le dit donc. On trouve l’argent où ? Est-ce qu’il y a les recettes ? Il n’y a pas de recettes. Il n’y a pas de public au stade. Donc tout ce qu’on a comme projets, les contrats publicitaires là. Est-ce qu’il y en a ici ? Le général a déjà circulé là-bas partout là. On lui a fait des promesses, ca ne tombe pas. On n’est allé très vite en besogne. Il n’y a pas pour moi une différenciation entre football professionnel et football amateur. Il y a seulement la littérature qui a située- un au dessus de l’autre. Et puis les joueurs sont à la traine…»

Propos décryptés par Rodrigue Djengoué.