Elections Fécafoot: Dieudonné Happi piétine les lois du Cameroun

Le président du Comité de normalisation de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), Dieudonné Happi piétine les lois de la république. L'avocat d'affaire placé, à la tête de la normalisation du foot, au pays des champions d'Afrique en titre pour le redresser est accusé de lui "tordre le cou". Pis, il bafoue  les lois nationales à en croire de nombreux observateurs. L'homme de droit serait l'auteur d'un délit d'initié. De quoi s'agit-il concrètement? Le responsable du département communication du Syndicat national des footballeurs camerounais, Jacques Marcel Itiga nous éclaire, par le biais d'une interrogation: "Pourquoi les corps de métiers ont-ils été écartés du processus dans les ligues décentralisées, ce, au mépris de la loi"? Réponse...
 
Voici ce que dit la loi No. 2018/014 du 11 juillet 2018, portant organisation et promotion des activités physiques et sportives, en son article 42, alinéa 2: « La ligue assure la coordination des clubs sportifs et des ligues régulièrement constituées qui lui sont affiliées, ainsi que des corps de métiers liés à la pratique de la discipline sportives concernées ».
 
Au regard de cette disposition de la loi, les corps de métiers sont donc membres des ligues et à ce titre devraient prendre part au processus électoral dès la base, affirme le patron de la communication du Synafoc. Pourquoi maitre Dieudonné Happi s'obstine-t-il à piétiner et à bafouer la loi ? S'interroge notre interlocuteur pour conclure.