CDC 2018 : Michel Kaham dresse le bilan

Le président de la commission de la coupe du Cameroun à la Fecafoot a pris part à la cérémonie de remise du trophée à  l’homme du match de la finale de la coupe du Cameroun (coupe remportée par Eding Sport club de ligue I qui était opposé à Lion Blessé club de ligue 2)  qui s’est déroulée le lundi 4 décembre 2018 à l’hôtel Mont Fébé de Yaoundé. Au cours de cette cérémonie il a livré ses impressions à la presse.

Vous avez vécu la finale de la coupe du Cameroun. Quelles sont vos impressions ?

Michel Kaham : Beh oui c’était une grande fête, une grande finale. Je pense qu’au lendemain de cette élimination à la CAN on n’était tous un peu altéré et on pensait que ça pouvait ternir l’image de la coupe du Cameroun que non. Les autorités, la fédération, tout le monde y  a mis du sien pour que ce soit une grande fête et cela a été une grosse fête.  Et un temps soit peu comme le président du comité de normalisation l’a dit, on n’a oublié cette massue qu’on n’a subie. Donc c’était une bonne fête. On n’est très content  que ça se termine comme cela.

On peut dire que la commission de la coupe du Cameroun est satisfaite ?

Michel Kaham : Très satisfaite. Il  n’y a pas eu de couacs. Et je vous dis donc les membres de cette commission étaient suffisamment outillés pour qu’il n’y ait pas de doute.

Alors vous avez parlé de la coupe d’Afrique Cameroun 2019 qui a été retirée par la CAF. Vous en tant que ancien footballeur qu’est ce que ça vous fait ?  

Michel Kaham : Nous étions hors délais c’est dommage. Dommage parce que une fois de plus peut être  c’est le politique qui a pris le dessus sur le sport, et c’est dommage. Parce que les jeunes comme ça qui ont gagnés une compétition et qui ne peuvent pas jouer cette compétition là  c’est quand même un peu…C’est désolant. Sincèrement c’est très frustrant pour ces jeunes qui ont gagnés une qualification de coupe africaine et qui  ne peuvent pas jouer. Vous savez ce sont ces compétions internationales qui font grandir le joueur. Ce sont ces compétions qui font à ce que les joueurs prennent de l’expérience et du galon. Elles leur donnent une occasion  d’aller jouer  qui en Afrique du Sud, qui  au Maroc, à se développer et à grandir. Donc j’espère,  nous prions pour que cette coupe du Cameroun revienne dans les normes du calendrier international, qu’on puisse respecter ces dates là et que nos équipes aillent dans ces compétitions qui vont les grandir et faire que nos lions en fin de parcours aient de la ressource et des valeurs pour pouvoir renforcer l’équipe.  

Propos décryptés par Rodrigue Djengoué.