Fecafoot : De la Reconnaissance à Me Dieudonné Happi

« Il faut toujours rendre témoignage à la vérité, rien ne doit empêcher de dire vrai. » Nous avons tout entendu et tout lu sur cet avocat qui n’avait rien à faire dans le football et qui ne demandait qu’à tenir son cabinet juridique. On a programmé son échec et nous reconnaissons que sur la foi de ce qui était dit par beaucoup d’acteurs, nous avons pronostiqué son échec. Qui pouvait réussir là où des agrégés ont échoué ? Mais aujourd’hui, il faut s’accorder que c’était différent : ce n’était pas parfait, mais c’était bien.

Depuis la publication de la liste des candidatures à la présidence de la FECAFOOT, où sept candidats vont s’affronter dont Joseph Antoine Bell, ancienne gloire, consultant sur plusieurs médias audiovisuels, Franck Happi, acteur important du football que ce soit à la Ligue de football professionnel ou comme président de l’Union de Douala, ou encore Seïdou Mbombo Njoya, un ancien vice-président de Iya Mohammed, emblématique président de la FECAFOOT aujourd’hui en prison.

Le match aura lieu à Mbankomo le 12 décembre. C’est ainsi qu’on aime le football, même celui qui se joue en dehors des stades doit refléter les vraies valeurs du sport : la compétition, le mérite et l’honneur. Nous avons suivi les élections au niveau départementales : rien à signaler. Au niveau des Régionales, pas grand bruit non plus, en dehors de la Région du Centre où on a entendu quelques éclats de voix, mais tout s’est aussi bien terminé.

Voilà qu’on s’achemine vers les élections à la présidence de la FECAFOOT. Tous les acteurs veulent que tout s’achève bien, en tout cas comme cela a commencé.

Il faut remercier la Normalisation et Me Happi car les résultats obtenus et les objectifs atteints sont bien différents de ce qu’on disait et de ce que certains veulent bien rapporter sur les réseaux sociaux.

On a dit que le Comité de Normalisation ne voulait pas partir de la FECAFOOT et faisait tout pour rester.

Après deux prorogations qu’il n’a jamais demandées, le voilà qui mène sa barque à bon port. D’ailleurs on a tous suivi sur la CRTV quand Me Happi a dit que le 16 décembre 2018, prorogation de mandat ou pas, il s’en irait. Cela contredit tout ce qu’on a passé le temps à raconter sur ce Comité.

DU PATRIMOINE QU’IL LÈGUERA ( bilan non exhaustif)

Il va laisser des textes plutôt meilleurs que ceux qu’il a trouvés. Les statuts et les autres textes sont un bon cadre de développement de notre football, même s’il faut dire qu’il n’y a pas de textes parfaits. J’espère que le train qui a quitté la gare ne s’arrêtera pas avant d’avoir redonner à notre football ses lettres de noblesse. Me Happi a également dit sur Vision 4 TV comment il a dû revoir la politique des ressources humaines de la FECAFOOT pour la rendre plus rationnelle. La Normalisation a aussi fait auditer les comptes. On attend tous la publication de l’audit, mais en lisant la presse on sait déjà que la FECAFOOT a été le lieu du pillage des ressources du football, etc

Avec les élections de mercredi 12 décembre, nous souhaitons que le travail soit clôturé par un succès, c’est-à-dire un vote transparent et crédible. Cela dépend de la commission électorale, mais surtout des acteurs qui doivent jouer le jeu de la démocratie.

Thierry Roland Enom Otam