Coupe du monde 2019 : Joseph Ndoko parle de sa préparation

Le tirage au sort des équipes qui vont prendre part à la phase finale de la coupe du monde de football féminin France 2019 a été effectué ce weekend à Grenoble en France. L’équipe du Cameroun l’une des 24 attendue en France le mois de juin prochain est déjà fixée sur ses adversaires du premier tour. Le Cameroun est logé dans le groupe E avec le Canada, le pays bas et la Nouvelle Zélande. Au terme de cette cérémonie, Joseph Ndoko le sélectionneur des lionnes indomptables qui a participé à ce tirage a livré ses impressions à la presse.

« On ne peut pas être excité quand vous rencontrez une des 24 équipes de la coupe monde, parce que toutes sont les meilleures, elles se sont battues pour être là. Et je pense quand même qu’il n’y a aucune qui en vaut le niveau africain. Ça veut donc dire que tout le monde est fort ici. Excité de commencer à vivre cette fête oui mais qui demande une longue préparation. Vous savez il reste six mois. Ce n’est pas loin hein. Ce n’est pas loin du tout. Et c’est pour cela que je me pose la question de savoir s’il y aura la fête pour moi, parce qu’en dehors de ça il faut continuer à faire le casting. Il y a les camerounaises qui peuvent encore beaucoup plus nous donner et qu’on ne connait pas encore. Il va falloir leur donner leur chance. Et qu’en trois mois ou moins qu’elles soient capables aussi de se briefer. Parce qu’en même temps aussi il y a certaines qui partent aussi.

J’ai une liste assez large, et il y a certaines qui ont déjà fait les grandes compétitions. D’autres pas encore. Vous savez l’agente féminine avec la valeur émotionnelle. Il faut être capable de trouver des espaces ou les plates formes où je vais juger leur état émotionnel, enfin de les briefer sur ce genre de chose. Et c’est pour cela que des fois une peut être performante mais généralement parfois face à certains enjeux ce n’est plus la même chose. Il faut tenir compte de tout ça. Et puis c’est pour ça que j’estime qu’on va beaucoup jouer les tournois qui vont nous permettre effectivement en ce moment là d’avoir déjà pour celles qui n’ont pas souvent l’habitude de le faire, de commencer à avoir une attitude de gagnante.»

Propos décryptés par Rodrigue Djengoué.