Crise à la LFPC : Faustin Domkeu se lâche

La crise qui secoue actuellement la ligue de football professionnel du Cameroun a eu pour conséquence le rejet par le comité de normalisation de la liste des délégués de ladite ligue établie par Pierre Semengue pour prendre part à l’assemblée générale élective de la Fecafoot. Le président Pierre Semengue et les autres membres du conseil d’administration se regardent en chien de faïence. Une situation qui met le démarrage de la saison du championnat d’Elite One et Two dans une impasse totale. Faustin Domkeu le vice-président de la ligue de football professionnel du Cameroun explique.

« On n’a un problème parce qu’il y en a qui ne veulent pas respecter les statuts. Vraiment ceux-là qui ne veulent pas respecter les statuts nous allons les combattre. Qu’ils s’appellent Faustin Domkeu ou qu’ils s’appellent X, Y, Z. On ne peut pas admettre qu’au 21e siècle vous avez les statuts et vous ne respectez pas. Les statuts les plus élémentaires. Comment voulez-vous…Vous savez je ne me suis pas prononcez depuis. On joue un championnat il est terminé, et qu’on dise maintenant qu’on va jouer à 20, on va jouer à 50 en disant on va prendre… Et on dit même…Après on dit on va prendre Canon, on va prendre Lion Blessé. Pourquoi on ne dit pas aussi qu’on va prendre Noblesse ? Qu’on prenne aussi Noblesse. Est-ce que c’est normal ? Ce n’est pas normal. On ne peut pas jouer un championnat où les règles sont définies d’avance, à la fin du championnat on veut tourner, on veut tourner. Non ce n’est pas possible voilà. On ne peut pas avoir une ligue où quand on demande une transparence financière les gens pensent que c’est faire du mal. Non ! Non. Là on va mettre de l’ordre. La date du 7 janvier sera une date importante. Parce que certainement on devrait convoquer de manière statutaire l’assemblée générale pour mettre de l’ordre. Rassurez-vous le championnat devrait commencer. Ça va commencer dans les règles de l’art, dans de très bonnes conditions. Sauf s’il y en a qui veulent qu’on n’ait une année blanche. Ils assumeront les conséquences. Mais nous allons tout faire pour que ce championnat débute au plus tard à la mi-janvier. »

Propos décryptés par Rodrigue Djengoué.