*CAN 2019 : Quand Bidoung Mkpatt accuse la Caf d’avoir été corrompue

Le 5 décembre dernier, au lendemain de la décision de la Can de retirer l’organisation de la CAN 2019 au Cameroun, s’est tenue dans les services du premier Ministre, la 22èmesession du COMIP-CAN en présence de toutes les parties prenantes à l’organisation de cette compétition au niveau du Cameroun.Dans son exposé de 9 pages sur « la situation des chantiers et les perspectives pour le Cameroun à la suite de la décision prise par le Comité exécutif de la CAF », le Minsep Pierre Ismaël Bidoung Mkpatt a parlé d’une« décision inique », d’un « Cameroun humilié et déshonoré » par la CAF, et même de «l’humiliation du siècle». Outre les raisons avancées par Bidoung Mkpatt pour tenter de justifier cette décision de la CAF, le Minsep en a profité pour tancer sévèrement Ahmad et le Comex de la CAF qu’il a très clairement accusé d’avoir été corrompus.

 

Devant l’assistance médusée, le Minsep a expliqué qu’il avait fait une demande « à la très haute hiérarchie du Cameroun ». Demande dans laquelle il suggérait que soient mises à sa disposition d’importantes sommes d’argent afin qu’il s’assure le « soutien » des membres du Comité exécutif de la CAF. Dans ce commentaire (hors exposé) où Bidoung Mkpatt expliquait en fait qu’il fallait corrompre les membres du Comex de la CAF pour s’assurer de garder l’organisation de la CAN 2019, il a déploré le fait que ces « milliards » n’aient pas été débloqués et donc que nous nous soyons fait humilier au final par Ahmad et le Comex de la CAF. Le Minsep a poussé le bouchon plus loin en accusant carrément le Comex de la CAF d’avoir reçu des « mallettes » d’argent de la part des Marocains et même des Sud-Africains qui lorgneraient d’après lui sur l’organisation de la CAN 2019. L’on sait depuis deux jours que le Maroc a finalement décidé de ne pas faire acte de candidature, faisant quelque peu prendre du plomb dans l’aile à l’argumentaire initial du Minsep.

S’étant fait recadrer par le Premier Ministre qui ne souhaitait pas verser dans des conjectures stériles et non prouvées, surtout qu’elles concernaient des « Etats frères et amis », Le Minsep a tout de même persisté dans son hasardeux argumentaire qui tendait à jeter le discrédit sur la Caf en général et sur le Comex-Caf en particulier. Au final, le PM a clos ce sujet, préférant s’en tenir aux faits et aussi aux propositions à même de trouver une solution à la décision du Comité exécutif de la CAF.

Alors que son exposé portait sur les perspectives pour notre pays à la suite de la décision du Comex de la CAF, le Minsep est donc sorti de son texte et s’est fendu de plusieurs commentaires tendancieux par lesquels il s’est rendu coupable d’une attaque en règle sur la personne du Président de la CAF et de l’ensemble des membres du Comité exécutif de l’instance faitière du football africain. Une posture qui a jeté un véritable malaise chez les participants à cette session du COMIP-CAN. Une attitude qui tranche avec les relations cordiales, respectueuses et de bonne camaraderie qui existent entre le sommet de la Caf et les plus hautes autorités camerounaises.

Patrick LeBios Xeon Quad